lundi 18 février 2013

Que d'aventures... Partie 2

Part2: la mini-avalanche


9h: tout heureux de la découverte des raquettes, nous nous précipitons au magasin pour louer 2 nouvelles paires. Nous découvrons alors de nombreux pompiers skieurs alpins, et gendarmes fixant un point en haut de la montagne. Nous apprenons qu'une mini avalanche est tombée sur le village hier soir à 23h30. Les risques sont grands. Si toute l'avalanche tombe, c'est tout le village qui se retrouverait prisonnier de la neige. Les habitants et les touristes regardent avec anxiété l'hélicoptère passer pour analyser la situation. Rien à déclarer pour l'instant, nous pouvons partir en raquettes. Recommandation très importante, pas question de s'éloigner du chemin, et du couvert des arbres. Dans la forêt, on ne craint rien.

Hélicoptère évaluant les risques quant à l'avalanche

C'est parti. Le temps est magnifique. nous chaussons les raquettes et commençons l'ascension. Comme quoi, l'expérience de la journée passée ne nous a pas traumatisée! Nous faisons quelques rencontres très sympathiques dont des surfeurs qui s'entrainaient à faire des saltos sur des bosses.

Saltos en Snowboard
 
Étape salutaire, nous arrivons Chez Louisette. De renommée nationale (je n'exagère qu'à peine), cette auberge est connue pour ses plats du pays qui en satisfont plus d'un: garbure, assiette du pays, tarte aux myrtilles... Un régal. Seul petit hic, voici que les serveurs de chez Louisette n'ont pas pu venir à cause de la neige. Cette chère Louisette se retrouve toute seule à prendre les commandes, les encaisser, cuisiner et faire la plonge.

Pour l'aider, l'homme commence à s'improviser serveur, et moi, je me suis insérée dans la cuisine pour l'aider à préparer les plats et les passer en salle!! C'était une expérience super! Nous étions tellement heureux de pouvoir l'aider, ce sera à refaire.

Le service à peine fini, Louisette nous fait une belle assiette du skieur rien que pour nous. À l'heure de la déguster, les secouristes appellent l'auberge alertant de L’ÉVACUATION DU VILLAGE pour risque d'avalanche. Bizarrement, ça m'a coupé l'appétit. Nous rassemblons rapidement nos affaires, prévenons les gens, faisons un au revoir rapide à Louisette, et enfilons nos raquettes.

Pic du midi dans les nuages

Le temps s'est gâté brusquement... Le risque d'avalanche devient imminent. Notre rythme est soutenu. Nous sommes un peu angoissés à l'idée de revenir au village, mais le plus vite sera le mieux... Nous arrivons dans un village où tous les visages semblent préoccupés. Les quelques personnes qui sont dans les rues déneigent leur voiture pour partir, et les commerces barricadent leurs vitrines. L'ambiance est pesante. Nous nous dépêchons de rendre nos raquettes pour faire comme tout le monde: plier bagage le plus rapidement possible.

Aperçu de la voiture la mieux lotie après la "mini-avalanche"!

Arrivés à l'appartement, nous rangeons tout minutieusement. Quelqu'un tape à notre porte. Il s'agit de la gendarmerie. Ils tapent à chaque porte de chaque appartement de chaque résidence pour faire évacuer les gens. On leur dit qu'on est bientôt prêts à partir. Bagages en main, nous revenons dans la rue principale pour prendre une navette. C'est avec effarement que nous découvrons les quelques voitures qui s'étaient retrouvées prise sous l'avalanche la nuit passée. Quand on pense au dégâts qu'une mini-avalanche peut faire, on redoute ce que la vraie pourrait faire...

Tarbes - Vue des pyrénées

Quelques heures plus tard, nous voici dans une navette à direction de Tarbes où nous établissons refuge chez des amis...

0 Bla Blas:

Publier un commentaire